« Moi non plus, je ne vaux plus la peine d’être sauvée. « 

Par défaut

Le livre suivant s’inscrit dans mon pèlerinage école des Loisirs. Après Lorelei en Finistère, j’avoue, je serrais un peu les fesses…

 

Histoire :

Peut-on monter dans la voiture de quelqu’un que l’on connaît à peine ? Difficile de résister à la tentation si l’automobiliste n’est autre que M. Smith, le professeur d’anglais le plus fascinant et le plus séduisant du lycée. Ce soir-là, il a proposé à Phénix et à sa petite soeur Sacha de les raccompagner chez elles, de l’autre côté du lac. Elles sont montées dans sa Chevrolet immaculée, et il les a conquises le temps d’un trajet. Quelques jours plus tard, c’est leur mère, Erika, qui se laissait séduire. Monsieur Smith est venu de plus en plus souvent à la maison, accumulant les bons points, avec son don pour la pâtisserie et ses faux airs de Gregory Peck. Phénix et Sacha ont bien remarqué qu’il était un peu trop strict et autoritaire, parfois dur et cassant sans raison. Oh, trois fois rien, pas de quoi s’inquiéter. Comment auraient-elles pu se douter qu’elles venaient de faire entrer le loup dans la bergerie ?

 

Avis :

Livre déprimos : bonjour !

Le résumé ne se cache pas et, de fait, j’ai choisi de ne pas le cacher. Le thème du livre apparait clairement, très vite, et tout l’intérêt (à mon sens) réside dans la descente aux Enfers de Phénix et Sacha.

Là-dessus, y’a pas à dire, c’était très bien fait. La progression est minimale de chapitre en chapitre, les pensées et espoirs de Phénix très compréhensibles, ce qui rend l’horreur de la situation plus palpable. Impossible de ne pas compatir quand, après une cinquantaine de pages, on réalise où on en est. C’est d’autant plus frappant qu’on le sent venir sans le sentir. Bref, sur le rythme, rien à redire !

Sur les personnages, pas grand chose. J’ai beaucoup aimé Phénix, grande sœur attentionnée, fille blessée et ado un peu sauvage dans son genre. Avec sa chambre en bordel et sa collection de coléoptères je me suis sentie plus proche d’elle que de pas mal d’héroïne de bouquins jeunesse (non, pas la peine de demander, je ne stocke pas les plus beaux spécimens de cafard sous mon lit). M. Smith aussi, à sa façon, était intéressant. Pour les autres… J’ai eu peu d’atomes crochus avec Sacha, gamine ingénue, capable de réciter des passages entiers de bouquins et ne calmant ses crises d’angoisses qu’avec des théorèmes.

J’ai eu l’impression qu’on voulait en faire une enfant à part (autisme ou asperger) mais que l’auteur s’est ravisé en se cachant juste derrière « elle est très intelligente ». Oui, mais du coup elle sonne vraiment extra-terrestre pour nous. Je ne dis pas que ça n’existe pas, les enfants de 8 ans aussi… cultivés et adultes, mais sa présentation manquait de véracité pour qu’on y accroche.

La grappe de personnages supplémentaires ont un rôle d’adjuvants assez clair, ce qui est plutôt intéressant et donne au récit un côté « conte ». Les méchants et les gentils, ceux qui prodiguent les bons conseils au bon moment.

En verdict, c’était un livre triste (ne nous cachons pas) maiiiiiis… et je ne dirais que ça. On ne finit pas en dépression à la fin, quoi. Ce n’était pas non plus LE livre de ma vie. Il se lit bien et vite, il est sympa sans être extraordinaire.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s