(MaJ de mai 2014)

En version courte il se trouve que je n’ai pas encore trente ans (ça c’est la façon feignasse pour anticiper la non-mise à jour de cette page d’ici les prochaines années), que je travaille pour l’heure dans une école primaire mais que je vise idéalement le métier de libraire (oui, je sais, j’aurais dû choisir plombière, mais mes compétences s’arrêtent à déboucher le siphon de l’évier envahie de gras de canard (et bon appétit bien sûr)).

J’écris aussi (quitte à vouloir bosser dans des domaines crève-la-faim, autant le faire à fond !), et à partir de ce point je me permet de laisser le récit supra-kikinou que j’avais écris en ouvrant ce blog (mon côté nostalgique on va dire) :

Au tout début il y a eu un forum sur lequel j’étais tombée vaguement au hasard, durant une recherche sur des sites parlant d’un manga que j’adorais. Ça a été, avec le recul, une période d’enfermement ( qui m’est un peu restée. Geek un jour, geek toujours :p ) mais j’étais vraiment heureuse ! Qu’importe mes problèmes au collège, j’étais parfaitement intégrée sur le net. Comme un poisson dans l’eau.

Et il y avait une amie qui écrivait alors que je découvrais les fanfictions. Je peux jeter mes « textes » de l’époque sans aucun regret car ils ne valaient rien : il n’y avait ni travail ni véritables réflexions. Il y avait une forme d’amour par contre, je pense… sinon je ne continuerais pas aujourd’hui.

Il y avait donc cette amie qui écrivait et qui m’avait donné envie d’essayer, et cette autre amie qui dessinait.

Je leur dois mon intérêt pour l’écriture et le dessin, qui est allé croissant au fil des années. Les deux me sont devenus indisociables : je dessine ce que j’écris, j’essaye de voir mes phrases comme un dessin-animé qui passerait devant mes yeux.

Et un soir il y a eu cette averse. Ma chambre étant située sous les toits ( je n’avais même pas encore de double-vitrage ) j’ai passé de longues minutes à l’écouter, fenêtre ouverte, assise sur mon lit et dos appuyé contre le radiateur. Allez savoir pourquoi j’ai pris une feuille pour retranscrire ça, pour essayer de mettre des mots sur cette paix que je ressentais ( et que je ressens toujours ) alors que mon univers se trouvait écrasé sous des trombes d’eaux.

A la fin de cette petite page d’écriture on se rendait compte que le texte était un rêve. Et une fille ouvrait les yeux sur le plafond de sa chambre, le cœur battant.

Sans m’en douter j’avais esquissé là un projet qui m’en ferait baver. Il y a eu une première narration horriblement maladroite mais surtout des personnages qui se sont ajoutés. Il y a eu une héroïne, une histoire qui ne tenait pas la route, un scénario troué comme un gruyère envahi de souris… Mais il y a eu ça, quand même.

L’histoire s’est arrêté en sept chapitres et pleins de dessins moches fait en classe ( bouh pas bien ) ou chez moi.

Et entre la fin de Terminale et le début de la fac j’ai redessiné mon héroïne. J’ai eu besoin de revoir un peu les visages de Miyuu, Kaoru, Saï et Sakura. De ces quatre compagnons que j’avais chérie…

Et vous savez quoi ?

Ils ne m’ont plus quittés les petits monstres :)

Je m’engage sur une voie ardue ( et je ne gagnerais pas ma vie en écrivant ). Je ne pense pas avoir un don pour l’écriture, pas de talent incroyable, pas vraiment confiance en moi…

Mais j’en ai envie. Et je leur dois bien ça à ces quatre-là. Je suis soutenue plus que je ne l’aurais espéré et c’est tout un univers qui se profile devant moi.

J’espère que vous l’aimerez.

Publicités