Archives de Tag: END

MaJ du blog

Par défaut

Non, pas de nouvelle critique livre aujourd’hui. Pour la simple et bonne raison que j’ai attaqué le dernier tome de « la Tour Sombre » et que la bestiole fait 1000 pages… ça va me demander un peu de temps avant de la finir (surtout que c’est la fin quoi, autant que je savoure !)

Et mes critiques en retard ? Euh… en effet. Je m’y remettrai vite :)

Aujourd’hui j’ai surtout continué le nettoyage de printemps du blog (je sais pas si vous avez remarqué mais j’essaye de recentrer un peu tout ça). Dans le menu, onglet « romans », il n’y avait jusque là que « Shadows’ Path », « Les arkans » et « les enfants de Wyrd ». Comme ce sont actuellement mes trois plus gros projets, achevés de surcroit (on va faire comme si la réécriture ne comptait pas, chut), je leur ais fais un blog chacun plutôt que noyer ce blog-ci.

Vous pouvez d’ailleurs y admirer mes talents photoshop dans les bannières… hem… passons…

Mais du coup je n’avais rien fais pour mes autres textes, donc j’ai ajouté une rubrique, histoire que le résumé y apparaisse (et les playlists, puisqu’ils en ont tous une petite. Le temps de trier et de tout compiler sur youtube pour plus de praticité et j’ajouterai celles de Meutes, Projet X et Aeternae Vitae)

Sur ce, bon weekend à tous ! Lisez bien 8D

Point final.

Par défaut

elka

Pas de post depuis longtemps… ça m’agace de ne pas réussir à être régulière. Pourtant je peux parler de Descendre en marche et Dracula, terminés récemment. Je le ferais, je vais tâcher de me donner un coup de pied au cul, mais pour aujourd’hui je vais redonner un peu vie à ce blog pour signaler que j’ai terminé DAWN.

Bon ce qui me fait marrer c’est que le soir où je l’ai fini j’ai de-suite fait un post sur les Werewolf Studios et transmis l’info sur Plume d’Argent : histoire de mettre des mots sur le ressentit de l’instant. Je me suis dis que pour le blog j’allais peut-être attendre un peu que l’émotion passe. Que j’attaque mes corrections, toussa.

La fin est entre les mains de Super-BL donc pour l’instant je ne sais pas ce que je dois y reprendre ; mais le recul je l’ai je crois. Je me suis fais à l’idée que c’était la fin des aventures de ma bande de zigotos et j’ai même envie de faire la réécriture du tome 1 pour me dire « Voilà. Ça, pour l’instant, je peux me permettre de plus y toucher ! »

En fait ce que j’ai réalisé avec ses quelques jours c’est que la Croisée des Chemins avait été officiellement présentée à ceux qui me lisent. Oui c’est le nom de ce blog, mais c’est aussi un endroit décrit dans END et DAWN =) Alors sans être le lieu imaginaire de mon enfance (même pas du tout ; la famille de Serban, leur rôle et tout ce qu’il y autour est apparut alors que j’étais en fac il me semble) c’est devenu quelque chose de vraiment… à moi. Un peu bizarre, mais en l’écrivant et le présentant j’ai un peu l’impression d’avoir ouvert une partie de ma tête.

La partie touristique, mais quand même. Et puis à partir du moment où j’ai commencé à en parler avec Super-BL, super-Bourrique et super-Beulette… bah c’était déjà un peu moins touristique pour moi. Ça a l’air de rien comme ça mais voilà, ça je ne l’avais pas mis à la suite de mes remerciements. Je n’avais pas dit que je vous confie le double des Clefs de la Confrérie ; pourtant je n’en pense pas moins.

 

 

Soyons fou : un peu de lecture

Par défaut

Dans le cadre du blog créatif des Werewolf studios je devais écrire durant le mois de février un petit texte ou du moins un quelque chose à propos de END sur le thème « l’amour ».

Naturellement pour faire simple j’ai écris quelque chose sur la St Valentin que j’ai posté ben… aujourd’hui (ne me félicitez pas, c’est mon génie naturel). Rien d’exceptionnel mais c’était sympa à faire quand même alors comme c’est court je vais poster ici :

Si on dit « 14 février » à Florence cela éveillera en elle le souvenir du premier garçon qui lui a fait sa déclaration. Étant dans la même classe en quatrième et il lui avait donné rendez-vous dans la cours de récréation, près du garage à vélos. Surveillée par son frère et sa meilleure amie elle l’avait observé remonter ses lunettes sur son nez et tirer sur le col de son pull avec nervosité avant qu’il ne lui demande d’être sa petite amie. Bien qu’elle ait refusé cela est resté gravé en elle avec une douce nostalgie.

De fait c’est le même souvenir qui frappe Gwen quand on lui parle de St Valentin ; cette fois où elle avait épié Florence du coin de l’œil, amusée et… amère. Elle s’était sentie mal sans comprendre pourquoi et avait dû faire des efforts pour en plaisanter par la suite. Le lendemain Anselm lui offrait un paquet de ses chocolats préférés avec le petit sourire triste qu’il arborait toujours à cette époque. « Désolé, j’ai un jour de retard » avait-il dit.

Hans’ se souvient alors plutôt de ce 15 février où il a eu l’impression de faire une vraie bonne action en lisant toute la reconnaissance dans les yeux de Gwen. Il l’avait soupçonné d’être un peu jalouse de ne pas avoir l’attention dont bénéficiait Florence et avait trouvé normal de réparer cela. À partir de là, à chaque St Valentin, il lui achète des chocolats.

Pour Lillian c’est un mauvais souvenir qui demeure. S’étant confiée à sa mère sur le garçon de son lycée qui lui plaisait elle avait décidé de suivre ses conseils et de vaincre sa timidité en allant le voir ; le 14 février elle traversait les couloirs du deuxième étage au pas de course pour essayer de l’attraper avant qu’il ne rentre en classe ; là elle le trouva en train d’embrasser passionnément une fille qu’elle ne connaissait pas. Ce jour-là Lili arriva en retard en maths et fut incapable de se concentrer.

Ania prononça « je t’aime » pour la première fois un 14 février. Sa relation avec Isaak était un peu particulière, amant un jour et amis le lendemain ; ils se complaisaient tous deux dans ce naturel, gardant leur indépendance avant tout. Comme chaque année il était venu la voir chez elle à cette date précise, n’apportant rien de plus que sa bonne humeur mais cela suffisait à la jeune fille. Elle avait quinze ans quand, alors qu’ils regardaient tous les deux la télé vautrés dans le canapé du salon, elle s’était tournée vers lui pour lui dire « je t’aime, au fait » avec maladresse et conviction. D’abord surpris il avait ensuite passé son bras derrière ses épaules pour qu’elle se rapproche.

Bastien s’était fait renvoyer du lycée trois jours un 14 février. Matthéo l’attendait en permanence pendant qu’il cherchait un livre pour un devoir au CDI. La copine de Matt discutait avec ses amies à côté et Bastien les écouta mine de rien, désireux de connaître un peu plus l’une des rares filles à avoir fait vraiment battre le cœur de son ami. « Je le largue demain » lança-t-elle en rigolant « juste le temps de récolter son cadeau de St Valentin, paraît qu’il en fait toujours. N’empêche que vous me devez un gouter, on a couché ensemble en moins de trois jours ! ». Le livre que tenait Bastien s’écrasa sur le nez de la fille sans qu’il en ait vraiment conscience. Il n’expliqua rien aux profs, déclara juste à ses parents qu’il avait ses raisons et avoua la vérité à Matt qui, après un fou-rire monumental lui confiera qu’il était très touché.

Ainsi Matt n’a pas vraiment de souvenir particulier, la fille avait raison : il mettait toujours un point d’honneur à offrir un cadeau pour la St Valentin. Qu’importe s’il aimait vraiment la chanceuse ou non, c’était à celle qui sortait avec lui le jour J. Romantique sans vraiment en avoir conscience il enregistrait le gâteau ou la fleur préférée, un vêtement trop cher ou un film tentant et l’offrait de sa poche avec un sourire charmeur. Et quand son frère lui disait « tu es incroyablement fleur bleue en fait ! » Matt le regardait avec surprise en répliquant « ben c’est normal, non ? »

Pour Lionel son premier et dernier vrai amour aura été Diane, la chanteuse de son groupe. Il avait absolument tenu à marquer le coup pour leur première St Valentin et aura passé un mois entier à faire toutes les corvées de la maison pour récolter assez de sous de la part de ses parents (qui ont bien profité de la situation et se sont bien amusés à le voir doser la lessive). Il l’invita à venir chez lui pour dix-neuf heures, bien habillée ; il avait mis un costume pour l’occasion en se sentant parfaitement stupide jusqu’à ce qu’elle le voit et le complimente. Lui demeura bouche-bée deux longues minutes en la découvrant aussi belle sur le pas de sa porte. Il l’invita au restaurant et au théâtre, supportant la nourriture japonaise dont il n’était pas friand et Molière qui l’endormait rien que pour lui faire plaisir.

À la Confrérie on ne fête pas la St Valentin, Serban avait d’ailleurs carrément oublié son existence quand le groupe lui en parla :

  • La fête des amoureux, répéta-t-il pensif. Pourquoi on fêterait ça ? En plus du mariage je veux dire.

  • Tous les couples ne sont pas destinés à se marier, soupira Florence avec amusement.

Matthéo en rit et confirma :

  • Heureusement que j’ai pas eu à me marier avec toutes les filles avec qui je suis sortit !

  • D’un côté ça voudrait dire qu’on pourrait marier Lili et Bastien, souffla malicieusement Gwen.

Les deux concernés levèrent les yeux au ciel, les joues roses, et Bastien se sentit obligé de rappeler :

  • On ne sort pas ensemble.

Volant à leur secours Anselm remit la conversation sur ses rails :

  • Donc vous faites quoi ? Des mariages arrangés ?

  • En quelque sorte, quand on proclame une union c’est pour assurer une descendance. Donc ça peut prendre très très longtemps avant de s’envisager et de se mettre en place.

  • Et t’as jamais eu envie de t’en faire une juste comme ça ?

  • Matthéo et son tact légendaire, grimaça Ania.

  • D’un côté il a pas tord, souligna Lionel en se tournant vers le Veilleur. Alors, rien ?

Serban sourit gentiment, comme s’il supportait avec une patience infinie les bêtises d’enfants de primaire :

  • Rien. On ne fête pas les amoureux à la Confrérie, on a même pas de date pour ça. Si je fais correspondre votre 14 février avec chez moi ça tombe sur un jour lambda, ce n’est même pas une date d’anniversaire.

  • On va le laisser tranquille maintenant, coupa Lili en voyant que Lionel allait en remettre une couche.

Elle lui sourit et changea de sujet ; un instant le Veilleur se demanda si elle avait compris qu’il avait menti.

On ne tombait ni sur une festivité, ni sur une date de naissance, ni même sur les débuts de quiconque à la Confrérie… mais le 14 février tombait le jour du départ de sa mère. Il n’avait nulle envie de gâcher les souvenirs des autres par celui-ci.

Amûûûr, amûr

Par défaut

J’ai déjà causé des couples dans mes histoires ? Je crois pas… allons y alonso ça fera un bon sujet de blog 8D (non j’ai pas fini le Trône de fer, quelle idée ><)

En fait c’est surtout que j’ai réalisé qu’en… 4 histoires, je doute d’avoir des couples sains, équilibrés, et avec une fin heureuse « xD (bon bien sûr c’est pas tout noir ou tout blanc, mais c’est assez vrai que mes amoureux galèrent) ; mais je trouve ça plutôt triste >< Je suis la première a guetter le moment où LE couple qu’on t’apporte sur un plateau d’argent au début du bouquin deviendra enfin… ben un couple. Dans Percy Jackson par exemple, ou Harry Potter (même si là c’est pas le meilleur exemple pour moi « xD) : bref je suis pas un coeur de pierre à ce point là.

Résultat je suis presque la première à me désespérer de mes histoires d’amour vu que j’en connais les embûches, les milieux et la fin : la fin en vaut-elle la chandelle ? Ne devrais-je pas les soulager un peu au risque de tout changer ?

Mais avec du recul peut-être est ce mieux… parce qu’ayant trouvé (enfin) et possiblement un bout de la fin de Projet X, je pense que ça me donnera un éventail de fins différentes (et de couples différents) :

Dans Marcheurs c’était un peu le couple improbable qui n’aurait pas dû durer. Je suis quand même plutôt heureuse que Miyuu se soit acharnée et qu’elle s’en soit sortie comme ça. S’accrocher ça lui allait bien.

Dans END… dans END faut dire aussi que l’atmosphère est un peu particulière ; mais je crois que je me retrouve avec le pire couple possible ><

Dans Shadows’ Path… c’est encore une autre histoire ; mais c’est certainement la moins problématique.

Dans Projet X je vais peut-être enfin leur faire toucher une vraie histoire d’amour. Le pari sera de faire ni trop gnan-gnan, ni trop dramatique…

 

Anyway c’était mon post constructif :p A vous les Studios !

Nowel

Par défaut

Je ne poste pas beaucoup, va falloir remédier à ça un jour prochain.

Aujourd’hui un petit dessin (plutôt moche en fait mais bon) que j’ai fais en pensant au premier noël de mes persos de END ; ils n’étaient « que » 6 ce jour là et Bastien avait décidé de fabriquer un petit objet ou bijou aux filles : elles n’avaient qu’à lui demander ce qu’elles voulaient.

Mais comme c’était une chouette idée Matthéo l’a tanné pour avoir son « objet de nowel » aussi, puis Anselm, puis Ania et plus tard Serban et Lionel. Chacun a son objet grigri dont je ne parle pas… mais qui est là =) J’ai donc sérieusement réfléchi à la babiole de chacun, alors si vous voulez jouer aux devinettes c’est là : Et c’est Miyuu, personnage de Marcheurs, qui est représenté. Logique aha

Et comme c’est impossible de deviner entièrement voici la liste (avec description express de mon crû) :

Gwen : Un pendentif. Un personnage qui tient une étoile avec « Gwen » écrit au milieu.

Flo : Des boucles d’oreilles avec deux anneaux enchassés

Lili : Un bracelet à 9 anneaux

Ania : Une broche. En fait elle n’avait rien demandé de plus précis alors il s’est amusé dessus.

Bast : Il s’est fait un anneau où il y a gravé (en minuscule) la première lettre de leurs prénom (B.M.A.S.L.A.G.F.L.)

Matt : Une figurine stupide d’un vampire (genre très simplifié)

Anselm : Une gourmette avec son nom

Lionel : Un pendentif avec une note de musique

Serban : Un porte Clef d’une (très) vague représentation de système solaire (le genre anneaux et points)

 

Et vous ? Vous auriez demandé quoi ? :p

Des questions…

Par défaut

Dans le cadre d’une animation des Werewolfs Studios, j’ai dû répondre à pas mal de question sur Earth Never Dies… des questions ma foi plus ou moins utiles à l’intrigue.

Mais c’était vraiment drôle d’y répondre alors voilà :

-Si tes sept personnages étaient un fruit et/ou un légume, quels seraient-ils ?

 

Pour cette question nous allons utiliser la technique hautement reconnue, dite des « petits papiers ». Allez les gens, chacun pioche !

 

Anselm : Je suis… flatté…

 

 

-Est-ce que l’un de tes personnages pourrait se découvrir des penchants homosexuels et si oui : lequel ?

 

Florence : Matthéo et Bastien !

Bastien : Pardon ? …

Florence : Vous êtes toujours fourrés ensemble, vous finissez les phrases de l’autre… et puis y’a eu cette histoire en cours de natation en terminale…

Bastien : *regarde Matthéo * Je t’avais dis de pas raconter ça…

Matthéo : Non mais, entre mecs c’est normal ce genre de blagues !

Bastien : Le côté blague je l’avais pas trop saisit étrangement…

Matthéo : Bref, hem. Si on peut tous répondre moi je classe Florence et Gwen en lesbiennes !

Grand silence

Ania : Et dire que j’ai quitté la Russie pour… ça.

 

Plus sérieusement (« Je suis très sérieux ! » « La ferme Matt… »), aucun des persos du groupe ne m’est apparu homosexuel à sa création. Même pas ceux auxquels tu penses, didonc ! Je me suis tellement concentrée sur le fait qu’ils sont très amis et extrêmement proches que… bah selon les duos ça prête à confusion.

Mais je n’ai songé à aucun perso homo en arrière plan j’avoue.

-Gwenaëlle fera-t-elle cuire des merguez un jour ?

Anselm : J’aime pas les merguez

Elka : Je suppose qu’on peut aussi parler de chipolatas.

Matthéo : C’est vrai ça : quand ? J’en ai marre de faire la bouffe moi ! Pas toi Lili ?

Lillian : Mais si on laisse les autres s’en charger tu te plains parce que c’est trop ordinaire…

Bastien : Ou dégueulasse, pour le citer.

Lillian : J’osais pas le dire…

Florence : Bon alors Gwen : quand ?

Gwenaëlle : Non mais on se calme ! Chuis pas un barbecue !

Matthéo : Gwen chérie, les barbecues c’est en été. T’as vu la météo dernièrement ?

Gwenaëlle : Ça revient au même ! Je suis PAS une plaque Teffal !

-Y’a-t-il une limite d’altitude à laquelle Anselm peut voler ?

Il y a une façon très simple de savoir quand il a atteint ses limites

Mis à part ce très léger détail, le don de lévitation marche sans limites. C’est l’Arkan qui s’impose des restrictions selon sa fatigue (ce qui joue sur ses capacités) et sa condition physique. Certaines études ont été menées, selon lesquelles le corps d’un Aérien finit toujours par se modifier légèrement pour s’adapter à une vie en altitude. Certains religieux extrémistes disent aussi que les Aérien qui lévitent sont les rebuts de Neptune (maitre des mers et océans, donc relativement près du sol) et qu’ils ne méritent pas le statut d’Arkan au don pur.

Au milieu de tout ça, Hans’ préfère rester prudent et ne pas risquer sa vie trop haut au nom de fausses idées scientifiques, tout en se moquant royalement de ce qu’on peut dire sur les Aériens.

Anselm : t’as complètement dérivé là en fait…

Elka : Chut.

-Y’a-t-il des passages secrets dans l’Académie ?

L’Académie n’est pas une école d’architecture, elle a donc été conçue par des gens sains d’esprits. Les couloirs sont droits, les escaliers sont normaux, les dortoirs sont rigoureusement identiques (même si les élèves ont tendance à bouger lits et armoires pour personnaliser un peu le tout), les fenêtres s’ouvrent toutes de la même façon, les…

Matthéo : Y’a une sorte de trappe dans les chiottes du troisième étage, j’ai débarqué couvert de poussière dans une sorte de débarras du quatrième qui est normalement toujours fermé à clef.

Ania : Ah ! La porte avec « danger » écrit dessus ?

Matthéo : Ouais, ben pour le coup le seul danger c’est de tomber dans le faux plafond… ce qui est assez dangereux j’avoue.

Bastien : Y’a aussi une espèce d’escalier caché au rez-de-chaussé des dortoirs, derrière l’escalier principal justement. Faut se baisser parce qu’ils ont construit par-dessus rapidement mais ça fait une espèce d’alcôve et on peut passer.

Gwen : y’a une porte qui a aussi été clairement murée au second.

C’est donc ce que je disais : une école parfaitement normale.

-Pourquoi situer les grandes instances Arkan à Grenoble ?

… Grenoble, ville qui se développera fortement au niveau mondial passé la crise du lactose de 2034. Grenoble, ville de la noix. Grenoble, ville étudiante. Grenoble…

Ania : Ville où tu habites.

Elka : Oui… Je savais qu’il n’y aurait pas autant de villes Arkans que françaises. Les trois pôles principaux sont Irias, Lenogre, Ollyne et Ellora.

Matthéo : Tu viens naturellement de retrouver les deux dernières dans un vieux fichier de ton ordi.

Elka : Naturellement. Or donc mis à part ces trois là qui sont des espaces assez grands pour avoir une Académie, les autres sont surtout des sortes de mini villages Arkans pas très importants. C’est bien sûr moi qui ait choisi de tout placer à Grenoble… par simple envie.

Lillian : C’était pas pour nous faire boire à la Table Ronde aussi ?

Elka : Si. Mais vous y allez pas tant que ça au final. C’est aussi plus facile de se représenter les lieux, je me sens moi-même moins perdue en les implantant sur un campus que je connais.

Matthéo : slip ou caleçon ?

Matthéo : Euh… Caleçon.

Bastien : On lui a offert un slip kangourou à noël mais allez savoir pourquoi : il l’a jamais mit.

Gwen : c’est quand même fort dommage.

Ania : Faudra que je le vois tiens.

Matthéo : … Dernière fois qu’j’me casse le cul pour vos cadeaux d’noël…

Pourquoi aucun de tes personnage n’a de famille très, très nombreuse ?

Matthéo : Parce que Elka a une capacité cérébrale réduite.

Elka : Par pitié baillonez-le !

Anselm : Avec joie. Mais c’est vrai ça… Pourquoi j’ai pas une mamie Berthe ou un grand-oncle Ferdinand avec pleins de cousins et cousines disséminés dans toute la France ?

Elka : …

N’empêche c’est Matt qui s’approche de la bonne réponse. Mon cerveau a jamais voulu intégrer que certaines familles sont grandes. J’ai quand même collé un oncle et une tante à Matt…

Matthéo : grmpffff

Anselm : Je crois qu’il dit « quelle joie »

Tss. Donc je disais : je lui ai collé une tante et un oncle et je pense bien que Bastien a encore ses grands-parents sur Nantes. Mais ma famille étant réduite au maximum je ne pense jamais qu’on peut avoir « plus ». Je n’ai plus de contact avec ma branche familiale de Nantes (justement) et elle n’était déjà composée que d’un oncle, une tante et une cousine. Du côté de Paris c’est très simple aussi : un oncle, une tante et une cousine. Ajoutons à cela que je n’ai jamais connu mes grands-mère et que mes grands-père sont décédés quand j’étais assez jeune…

Bah j’oublie en fait les familles disons lointaines pour rester cantonnées sur les proches. Et croyez-moi c’est déjà assez miraculeux qu’Ania et Matt aient un frère et une sœur qui ne fassent pas partis du cercle de personnages principaux.

Quel était le jeu préféré d’Anselm et Florence quand ils étaient petits ?

Florence : On avait un jeu préféré ?

Anselm : Ben tu jouais pas mal à la poupée quand t’étais petite, et je devais faire le rôle du chauffeur avec mes petites voitures.

Florence : Ah oui ! Je t’ai pas fait une scène quand tu avais « renversé » ma poupée star-de-cinéma ?

Anselm : Oh que si. Mais tu m’as pardonné quand j’ai joué l’ambulancier.

*grand silence *

Gwen : Puis j’ai sauvé les relations filiales en apportant un plateau de petits chevaux un jour où j’en ai eu marre d’incarner Betsy-la-dresseuse-de-chevaux.

Anselm : T’es quand même restée dans le monde équestre je note.

Bastien a-t-il déjà commis une infraction au code de la route sur son scooter ?

Matthéo : OUI !

Bastien : Comment tu le sais ?

Matthéo : Tu conduis comme une dingue, c’est obligé que tu ne respectes pas le code.

Bastien : Comparé à quelqu’un que je connais, moi j’ai eu mon permis au moins…

Florence : Et paf, dans les dents.

Anselm : Flo’ je pense vraiment pas que tu sois en mesure de te vanter. Rappellerons-nous la fois où tu as pris la voiture de papa et que…

Florence : BLABLABLA J’entends rien !

Elka : Bastien tu voudrais bien répondre ? Fait nous la liste de tes infractions je te prie.

Bastien : La liste… tout de suite. Y’a bien eu quelques pointes de vitesse en des moments très courts et très occasionnels…

Matthéo : Genre chaque fois que tu me conduis dans un de tes super pèlerinages à la décharge…

Bastien : Matthéo, la ferme. Y’a bien eu un feu rouge grillé une fois, et une mamie frôlée de justesse à mes débuts.

Gwen : Et tu as réellement eu ton permis ?

Ania : *feuillette le script * Tiens dans le dernier chapitre on dirait que tu vas…

Elka : Taratatata. Question suivante !

Matthéo s’est-il déjà servi de son don pour se faufiler dans les vestiaires des filles en EPS ?

Matthéo : Ah bah allons-y ! Parlons d’une véritable injustice dans ma scolarité !

Gwen : Tu as déjà fait ça ?

Matthéo : Je le voulais…

Lillian : Euh…

Ania : Je veux plus de toi dans notre chambre.

Matthéo : MAIS…

Florence : Donc tu l’as pas fais ?

Matthéo : Mon (censuré) de père m’a interdit de porter ma Clef au lycée. INJUSTICE !

Bastien : Pas de Clef, pas de don. C’est fou ça, comme si ton père savait de quelles conneries tu étais capable…

Lllian : Bon ben… Si tu l’as jamais fait c’est l’essentiel.

Mathhéo : Naïve Lili, qui te dis que je n’ai pas ouvert vos placards pour regarder vos sous-vêtements ?

Anselm : Viens… On va parler à l’extérieur.

Bastien : Adieu.

Verra-t-on Ania ivre ?

Ania : Ivre ? Moi ?

Gwen : Il apparaît qu’elle est celle qui supporte mieux l’alcool de nous tous…

Anselm : Son père lui faisait des biberons à la vodka.

Ania : Non mais exagérez pas non plus ! Bon j’avoue que quand il faisait très froid en hiver mon père me servait un petit verre de vodka le midi avant que je parte jouer dans la neige. Mais pas avant onze ans quand même !

Gwen : Ah bah oui, soyons raisonnable…

L’histoire étant ce qu’elle est, non ils n’auront pas l’occasion de faire un concours de beuverie. On ne verra donc jamais Ania ivre. Mais il est en effet très difficile de la faire atteindre ses limites… déjà parce que les limites sont loin (malgré son petit gabarit) mais aussi parce qu’elle ne supporte pas l’ivresse. Être ivre c’est avoir mal à la tête devant son ordi : et ça pour Ania, c’est un concept insoutenable.

Bastien tout nu ?

Et bien… il y a bien un chapitre de la Partie 1 où je dis qu’il s’habille mais c’est à peu près tout. D’un côté c’est un peu comme Ania ivre, j’ai peur de pas avoir l’occasion de faire une description de lui s’admirant dans la douche…

Bastien : Pourquoi je m’admirerais dans la douche ?

Elka : Ben justement, là est toute la question.

Matthéo : Et pourquoi il coucherait pas avec quelqu’un ?

*Silence *

Florence : Avec quiiiiii ?

Elka : Question suivante.

Matthéo : Non mais c’est vrai, le surnom du tome 2 c’est pas « histoire de c*l et boites de conserves » ?

Bastien : Question suivante on a dit !

Comment Lillian mange-t-elle ses viennois : d’abord la Chantilly, ensuite le chocolat ? Ou d’abord le chocolat, ensuite la Chantilly (et tout le monde sait que la deuxième méthode est meilleure) ?

Lillian : Hmm c’est une question existentielle ça. J’ai eu plusieurs phase en fait. Petite je n’aimais pas spécialement la chantilly que je jetais dans mon assiette de la cantine pour juste manger le chocolat.

Gwen : Sacrilège !

Lillian : C’est ce que mon père a pensé… il m’a donc proposé de mélanger les deux dans mon yahourt. Comme je faisais toujours déborder je mangeais un peu de chantilly avant de tout mélanger. C’était bon, mais j’ai fini par apprécier la crème…

Gwen : Donc ?

Lillian : Donc j’en suis arrivée à la dégustation de la chantilly avant le chocolat.

Florence : On peut pas te reprocher d’y avoir été progressivement.

Matthéo : Un pâté pour une question de viennois… wouah.

Aresya :

Quand est-ce que Florence épousera Matthéo ?

Bastien : AHAHAHAHAHAHA

Florence : Quand une météorite me fracassera le crâne je pense.

Matthéo : Bah, et si je suis le dernier homme sur Terre ?

Florence : Dans ce cas là je pense que l’institution du mariage ce sera effondrée avec la populace…

Sans faire de spoiler dans un sens ou dans l’autre, l’histoire se terminera avant que quiconque ne puisse vraiment penser au mariage. Si la chose se trouve sous-entendu pour certains il y a peu de chance que je donne une date précise.

Bastien : Non mais… eux deux mariés ? Mariés ?!

Anselm : Matt marié ?!

Bastien : Ouais, surtout.

Comment Matthéo ferait-il sa demande en mariage à Florence ?

Matthéo : Je sais pas qui a demandé ça mais faudrait qu’elle se calme là…

Florence : Non attend je suis curieuse. Tu ferais comment pour faire ta déclaration de mariage ?

Anselm : Lui, se marier ? Tu crois vraiment qu’il a pensé à ça ?

Ania : J’avoue que ça me laisse dubitative… c’est un comme t’imaginer toi marié, Hans’

Anselm : Merci…

Florence : Alors ?

Matthéo : Ben je sais pas… Je pense que je trouverais une date un peu symbolique comme celle de notre premier baiser ou de la première fois… ou l’anniversaire de la fille plus simplement. Je l’inviterais dans son restau préféré, m’arrangerais pour faire livrer un bouquet de roses rouges à la table… Et puis voilà quoi ; j’attendrais le dessert, lui avouerais que j’ai quelque chose à lui demander et… Selon si je sais qu’elle est réceptive à l’attention ou non je mettrais un genou à terre pour le lui demander en présentant la bague. Je ferais simple quoi !

*silence *

*mouche qui vole *

*toujours silence *

Matthéo : Ben quoi ?

Les filles : Épouse moi !!

Si Florence devait se marier avec Matthéo, comment serait sa robe de mariée ?

Matthéo : Nan mais on arrête maintenant !

Bastien : Matthéo peut vraiment influencer sur le choix de la robe ?

Florence : Ben… je suppose que ça doit dépendre de ses goûts…

Matthéo : J’ai qu’à mettre mon slip kangourou, toi ton petit ensemble de dentelle vert que je trouve très beau soit dit au passage, et puis comme ça on conçoit le premier enfant sous le banc de l’église juste après la cérémonie.

Gwenaëlle : Mais où est passé ton romantisme ?

Matthéo : Il s’est noyé dans vos moqueries en coulisse.

Florence : Non mais sérieusement, tu préfères une robe un peu bouffante ? A manches longues ? Droite ? Décolleté ?

Matthéo : De mon avis tu sais parfaitement choisir des vêtements qui te mettent en valeur, alors je pense que je te ferais entièrement confiance pour le choix de ta robe de mariée.

Florence : oh euh… Ben elle serait comme ça… alors…

Gwen : Par Neptune Matt, tu nous la fait rougir !

Luke : Fait gaffe, gamin…

Qui Florence choisirait-elle en demoiselle d’honneur ?

Florence : Ben ça c’est vaguement décidé depuis longtemps en fait…

Anselm : Depuis tes dix ans si je me trompe pas.

Matthéo : Attend, je suis sûr que je peux user de pouvoirs télépathiques pour deviner !

Florence : Idiot ! Bon ben c’est plutôt évident, Gwen serait ma demoiselle d’honneur. Mais on peut en avoir plusieurs non ? An’ et Lili sont immédiatement derrière sur ma liste, c’est juste que je connais Gwen depuis plus longtemps.

Matthéo : Bah et Anselm ? Il peut pas être ta demoiselle d’honneur ?

Anselm : Hilarant. Non en fait on s’est arrangé avec mon père : il la conduira à l’autel mais j’aurais droit à la première danse avant le mari.

Bastien : C’est possible ça ?

Florence : Vous avez réellement parlé de ça avec papa ? Oh je vais mourir de honte…

Oui, un soir pour plaisanter le père de Flo’ et Hans’ a demandé a son fils si elle avait un petit copain au collège. Il lui a dit que non et de fil en aiguille, ils ont imaginé leur petite Florence mariée.

Inconsciemment Florence s’est vengée le jour où elle a balancé à son père que « c’est étrange, elle croyait que Anselm sortait avec une fille mais il l’avait vu sortir avec une autre du vestiaire de sport ». S’ensuivra une difficile conversation sur la fiabilité d’un couple entre père et fils.

Qui serait le parrain et la marraine du premier enfant de Matthéo et de Florence ?

Anselm : Le gamin aura déjà deux oncles de sang ; trois tantes officieuses et trois oncles officieux… il lui faudrait en plus un parrain et une marraine ?

Florence : C’est un peu vrai… Au final on peut en désigner deux mais le gosse aura quand même six oncles/tantes qui joueront ce rôle.

Elka : Oui mais disons que si ça devait être écrit sur un papier à la mairie. Flo’ choisit un gars et Matt une fille.

Florence : Bastien alors. Je le vois déjà bien en papa…

Bastien : Je suppose que c’est un compliment.

Florence : Oui. Je pense qu’il fera un bon parrain alors. Et puis je peux pas vraiment parler des deux autres, hein ?

Elka : Non, en effet. Ne rentrons pas dans les détails. Matt ?

Matthéo : Gwen a pas un très bon feeling avec les nourrissons, et Ania leur filerait de la vodka au petit dej… Non moi je prend Lili. La marraine la plus attentive et la plus gentille du monde.

Anselm : Maintenant c’est Lili qui pique un fard…

Quel serait le prénom de leur premier enfant ?

Anselm : Erwan ?

Gwenaëlle : Maya ?

Lillian : Félix ?

Bastien : Susanah ?

Ania : Isaac ?

Elka : Non mais c’est pas à vous de choisir en fait…

Matthéo : Euh… J’aime bien Baptiste pour un garçon. Ou les prénoms anglophones comme Liam ou Jake, Aaron, Julian… Enzo aussi… ? Y’en a beaucoup trop, il faudrait que je m’y penche très sérieusement.

Elka : Presque tous ces noms me disent quelque chose d’ailleurs…

Florence : Eléonore ? Suzanne ? Juliet ? Emilie ? C’est pareil… je peux pas trancher comme ça.

En soit quand je choisi un prénom je traine parfois longtemps sur les sites de prénoms de bébé pour trouver celui qui fera « tilt », parfois c’est un que je ne connaissais pas, parfois juste un auquel je n’avais pas pensé. Il me faut quand même une image du personnage et un vague aperçu de sa personnalité pour trouver celui qui lui ira bien. Je pourrais encore compléter la liste des zigotos avec tous les prénoms non-cités que j’ai déjà utilisés dans mes histoires…

Même pour ce genre de question je ne peux pas trancher comme ça au hasard, il y a trop de prénoms que j’aime.

Avec qui Anselm aimerait passer le reste de son existence ? Gwen ou Lillian ?

Anselm : Style sur une île déserte ? Genre naufrage de bateau et condamné et forcé de… ?

Elka : Disons ça, oui.

Gwenaëlle : J’aime beaucoup le « condamné et forcé »

Anselm : Bah difficile de choisir… Elles sont complètement différentes l’une de l’autre ! Avec Lillian je suis sûr de ne passer que des moments agréables et sans soucis. Gwen mettrait une ambiance certaine par contre. Non vraiment… je peux pas choisir.

Matthéo : Avoue que y’en a une qui finirait par t’ennuyer et l’autre par t’énerver.

Anselm : J’affirme, par contre, que je ne survivrais pas seul avec Matt sur une île déserte. Je lui préfèrerais les requins je pense.

Florence : Et Paf ! Le Matt !

Quelle est la chanson Disney préférée de chacun de tes personnages (oublie pas Rebecca) ?

Rebecca : Qu’est ce que je fais ici, moi ?

Matthéo : Tu réponds à des questions bêtes. Personnellement j’ai pas vu de Disney depuis des lustres hmm… je dirais « Soyez Prêtes », la chanson de Scar, ou « Hakuna matata ». Tous les deux du Roi Lion.

Bastien : Il imite très bien Scar, je confirme. Moi ce serait « Tu t’envoles » de Peter Pan… Si je l’entend une fois je l’ai dans la tête toute la journée.

Luke : « Comme un homme » de Mulan ! Elle est fun !

Florence : Euh… chéri ?

Luke : Elle a dit « tous les personnages »

Florence : C’est pas faux. Moi c’est « sous l’océan » et « Partir là-bas » de la Petite Sirène.

Gwenaëlle : « La chanson de la pluie » de Bambi… même si j’ai un peu oublié Bambi en soit, j’avoue… Sinon c’est « Bonjour » ou « Histoire Éternelle » de la Belle et la Bête !

Anselm : On aura compris que les Disney et Gwen sont une grande histoire d’amour. Moi ce serait « De zéro en héro » dans Hercule.

Lillian : J’ai aimé toutes les musiques de « Raiponce »… Disons « Je voudrais » si je devais choisir. Elle me donne la pêche.

Ania : Ce n’est pas un Disney mais… « Loin du froid de Décembre », dans Anastasia.

Matthéo : Plus que toi Rebecca.

Rebecca : Et bien… « Charivari » du Bossu de Notre-Dame

Bastien : Et toi l’auteure ?

Elka : Oh toutes celles-là et bien plus encore !

Si tes personnages (oublie pas Rebecca, non plus) étaient un ouvrage de Stephen King, lequel serait-il ?

Matthéo : Houla… j’ai dû en lire qu’un moi !

Elka : Laisse moi faire, c’est comme les fruits et les légumes. Faut de la méthode.

Bastien : Tu vas refaire des petits papiers ?

Elka : Non pas en littérature, je vais réfléchir (et pagayer)

Gwen : « Charlie ». Je ne l’ai pas lu mais ça coule de source… Charlie est pyrokinésiste, alors faisons simple !

Flo : « Carrie ». Y’a un effet miroir avec Gwen comme ça, je trouve, et dans le film Carrie électrocute tout le monde (et fout le feu, anyway…)

Lili : Ma douce Lili… lire du King ? Et bien alors « Shining » parce que je me dis qu’elle a une telle intuition que ça tient un peu du Shining par moment.

An’ : « Cellulaire », un truc dangereux qui se transmet par les ondes ? Une sorte de virus du téléphone portable ? Allez savoir : c’est peut-être elle qui l’a inventé !

Rebecca : « Salem »… Parce qu’elle est quand même un peu flippante la Rebecca. Pas comme les vampires de Salem, mais quand même.

Matt : « Le Pistolero » (tome 1 de la Tour Sombre) parce que… « L’homme en noir fuyait à travers le désert et le Pistolero le suivait »… OK c’est tordu mais homme en noir/Matt … Et pis je le vois bien en Pistolero ! Bastien jouerait le rôle de Cuthbert d’ailleurs.

Bast’ : Je ferai un autre parallèle avec Matt et je dirais « les 3 cartes » (tome 2 de la Tour Sombre). Pour le duo Roland/Eddie qui vaut bien le Roland/Cuthbert de la même saga.

Hans’ : « Les Langoliers », y’a un avion, ça vole… Ne cherchons pas plus loin.

Luke : Euh… « Simetierre » ? Il aime bien les animaux disons…

Bon c’est quand même bien galère comme question ! Plus globalement (et plus facilement) toute l’histoire de mon groupe principal à quelque chose du groupe de Ça ou des quatre amis de Dreamcatcher (qui est d’ailleurs un des livres de chevet préféré de Gwen)

Quand est-ce que Matthéo avouera que la boue noire est une blague de sa part ?

Matthéo : Putain… si seulement…

Lynie :

-Si tes personnages étaient un nain du conte Blanche Neige, qui serait qui ?

Inconnu n°1 : Puis-je bénir l’auteure de ne pas être encore apparu dans l’histoire ?

Inconnu n°2 : C’est qui Blanche-Neige déjà ?

Elka : Hé ! Retournez en coulisse !

Matthéo : Non mais je suis magnanime, j’échange ma place avec l’un d’entre eux !

Elka : Toi tu retournes t’asseoir et tu me laisses répondre !

Prof : Anselm. Lui qui s’accroche pour incarner la sagesse et qui s’est un peu imposé comme un pseudo-leader.

Matthéo : « pseudo » hein ? Mon pauvre Anselm.

Simplet : Matthéo (et vlan) parce que bon… il est quand même bête.

Grognon : Ania. Là aussi ça s’impose vu qu’en dehors de son groupe d’ami et de quelques copains proches des autres dans l’Académie elle fait un peu peur. Tout le monde croit qu’elle fait la tronche toute la journée.

Ania : Sérieux ??

Bastien : Ça t’étonne ?

Dormeur : Florence, elle a toujours un mal fou à se réveiller le matin.

Atchoum : Bastien, il tombe facilement malade dans les saisons de transitions (printemps et automne pour lui ça signifie toujours rhume)

Timide : Lillian. Je pense que ça lui va assez naturellement (mis à part la barbe)

Joyeux : Et bien il reste Gwenaëlle, mon feu-follet de service !

Prends une qualité et un défaut de trois de tes personnages qui pourraient t’être attribués.

Elka : Hmm qui je prend ?

Matthéo : Moi MOI !

Elka : Euh… OK.

Matthéo : Dis moi qu’elle est ma principale qualité !

Elka : Figure toi que je me le demande aussi, hehe

Ils ont tous un peu de moi mais la logique voudrait quand même que je prenne Gwen pour répondre en premier. Gwen qui est presque entièrement moi (la pauvre). Donc un défaut de Gwen… houla y’en a tellement ! (« merci… »), et une qualité… ça va être encore plus dur de choisir (« C’est fini de m’insulter ?? » « Non mais là je parlais surtout pour moi… des qualités t’en a pleins » « Je préfère. »)

Défaut de Gwen : Son sentiment d’infériorité par rapport à ses amis.

Qualité de Gwen : Euh… Sa capacité à écouter les autres ?

Matthéo : Tu as l’air tellement convaincue de remplir cette qualité.

Elka : Oui, bon… chut.

Ensuite je vais prendre euh… Bastien (« à tout hasard… ») :

Défaut de Bastien : N’a pas trop de sous… ça marche ? Non ? Bon alors ses lubies bizarres qu’il essaye d’imposer aux autres.

Bastien : Quelle lubie ??

Matthéo : La décharge.

Bastien : Mais c’est MARRANT ça !

Gwen : Euh… comment te dire Bast’ … ?

Qualité de Bastien : Non mais… Là je galère vraiment en fait.

Matthéo : Bastien est super gentil, il sait attendre quand je veux pas causer ; et quand je veux il est toujours là.

Bastien : Euh… merci Matt.

Florence : Ils sont gay je vous dis !

Elka : BON *hem *, je sais pas si je rempli vraiment cette condition mais on va dire que j’aimerais y croire, donc je répond cette capacité à attendre avant d’écouter (et paf, ça fait un combo avec la qualité de Gwen)

Et puis prenons Matthéo, hein ? Galérer pour galérer…

Défaut de Matt : Ben… il est chiant quoi.

Qualité de Matt : Il est chiant… sauf que parfois ça fait bien rire.

Matthéo : Et mon génie ? Mon intelligence ? Mon humour sans équivalence ? Mon amour pour les autres ? Ma richesse ??

Gwenaëlle : C’est vrai, la qualité principale de Matt c’est quand même sa grande modestie.

Quel costume d’Halloween toi tu choisirais pour Florence, Gwen et Anselm (si tu veux étendre à d’autres persos que je ne connais pas encore, fais toi donc plaisir bien sûr !)

Anselm : Oh il y eu une année grandiose où papa ne pouvait pas surveiller les filles quand elles faisaient leur tour de quartier. On avait quoi… dix ans ? J’en avais dix, alors Flo’ en avait huit et Gwen neuf.

Florence : J’adore être née en fin d’année…

Anselm : Bref papa m’a forcé à me déguiser et il s’est pris d’un profond enthousiasme pour me dégotter un costume…

Gwen : Il avait pas aussi fait le tour des voisins pour leur demander si tu jouais bien ton rôle ?

Anselm : Si… Résultat il a appris que j’étais le Dracula le plus apathique de l’histoire d’Halloween.

Gwen : Moi j’étais un fantôme ! Ma mère avait passé une bonne demie-heure pour me tartiner du maquillage blanc sur la figure. Il était cool ce costume.

Florence : Et moi j’étais en sorcière, j’ai porté une citrouille creusée de maison en maison !

Anselm : Rectification, j’ai porté la citrouille quand t’as réalisé qu’elle serait trop lourde.

Ania ne s’est jamais déguisée pour Halloween et Lili non plus en fait. Bastien n’aimait pas trop ça mais Matthéo a fait un loup-garou très mignon à sept ans. Son grand-frère a gardé la photo chez lui et la poste régulièrement sur les sites de réseaux sociaux (« comme ça, régulièrement, je hais mon frère… »).

Si tes personnages jouaient au loup garou et si tu leur attribuais les cartes en tant que maitre du jeu, qui recevrait les carte « petite fille », « sorcière », « chasseur » « l’idiot du village » et un « loup garou » ?

Matthéo : Bon ben… je fais le loup-garou ?

Elka : Non, Matthéo incarnerait l’idiot du village !

Pour la petite fille je dirais Ania… C’est la plus petite du groupe après tout. Et puis elle a toujours des petites couettes ou des tresses, comme les enfants.

Ania : Attend, je t’en ramène un autre qui est petit !

Inconnu n°1 : Et je me fais des tresses c’est ça ??

Ania : Ben tu pourrais… t’as les cheveux assez longs.

Inconnu n°1 : Au s’couuuur !

Roh mais arrête, tu reste la p’tite fille ! Pour la sorcière hum… Disons Florence, vu que nous avons eu une charmante anecdote. Elle ferait une jolie sorcière. Anselm ferait un bon chasseur pour protéger sa sœur et en loup-garou…

*silence *

Elka : Inconnu n°1 vient ici !

Inconnu n°1 : Je suis pas une petite fille !

Elka : Non mais tu feras le loup-garou.

Inconnu n°1 : … ça t’arrange hein ?

Elka : Oui.

Valek

Quel est le plat préféré de Lilian ?

Lillian : Et bien… je ne suis pas difficile du tout. Quand c’est bien fait j’aime autant un plat de lasagne qu’un gratin ou une soupe. Mais j’avoue avoir un faible pour les crêpes, je peux en manger pleins sans m’arrêter !

Gwenaëlle : Et ça marche aussi pour les pancakes.

Lillian : Faut dire que Matt les fait super bien !

Gwenaëlle : Ouais, ce type est aussi bête qu’il cuisine bien !

Matthéo : Je suis à côté vous savez…

Quel élève a le pouvoir le plus puissant ? Lequel de pouvoir ?

Matthéo : Moi bien sûr, l’invisibilité c’est la classe internationale.

Gwenaëlle : Ce n’est pas impressionnant, mes mains solaires sont mieux !

Anselm : Tu fais juste cuire des merguez, non mieux vaut voler.

Ania : Voler c’est pas puissant, changer l’humidité en glace c’est autre chose !

Lillian : Il existe pas de vraie réponse en fait…

Elka : Merci Lili.

En effet je n’ai pas de réelle réponse, parce que « puissant » c’est large et tous les pouvoirs ont leur particularité (et surtout ils évoluent tous selon le travail de leur porteur). Niveau dangereux on fait souvent très attention avec les Ardents : combustion spontanée, maitrise du feu… ça les rend plus facilement incontrôlable.

Mais c’est aussi puissant de rendre quelqu’un aveugle, d’une certaine façon (et oui, il y’en a). Certains peuvent produire des ondes de chocs qui, avec un peu d’entrainement, fissurent les murs et brisent les vitres.

Pas de réponses précises, mais certains dons sont effectivement quasi inutiles en cas d’attaque : briller dans le noir par exemple. Aha.

Quel pouvoir t’irait le mieux ?

M’irait le mieux ? Bonne question… mais là non plus j’ai pas vraiment de réponse. Je sais que le don de Bastien (transformer l’acier) me plairait beaucoup ; il y a un côté « jeu » qui me correspondrait peut-être. L’invisibilité aussi m’arrangerait bien parfois.

Florence : Et nous autres ont peut se vexer…

Elka : Baaah allumer des ampoules c’est pas mon truc, Voler j’ai le vertige alors bon… Je me blesse pas assez pour avoir à soigner mes bobos, la cuisson de merguez je ferais que des bêtises, l’humidité en glace moui mais non…

Ania : Et tous les autres pouvoirs de l’Académie ?

Elka : BON ben je rajouterai la maitrise de l’eau alors, parce que ça me plairait. Happy ?

Ania : Extatique.

Des morts sont-ils prévus ?

Ahaha bien essayé !

Matthéo : …

La série préférée de Matteo ? De Bastien ? De Florence ?

Je suppose qu’inventer des séries de leur époque (2101) c’est pas ce qui te plairait… alors je vais piocher dans des trucs qu’on connait nous.

Matthéo : Florence a une passion pour les trucs policiers… Je comprends pas pourquoi.

Florence : Parce que c’est sympa et pas prise de tête. A la différence d’Hans’ je regarde pas des séries à tord et à travers. A ce niveau mes goûts sont éclectiques, disons NCIS, les Experts et Esprit criminel.

Matthéo : Erk.

Florence : Matt regarde Desperate Housewives…

Matthéo : NON ! Moi c’est plutôt Friends, How I met your mother…

Bastien : Et Desperate Housewives, pas la peine de nier on habite ensemble.

Mathéo * groumbllh * Bah Bast’ il regarde des trucs incompréhensibles…

Bastien : Parce que t’as jamais fait l’effort de regarder. Moi c’est plutôt Fringe ou X-Files.

Beatrix

Si tes personnes vivaient aux États-Unis, tu choisirais quelle ville « réelle »/parallèle ?

Hmm comme je n’en ai visité qu’une seule je pense que j’aurais pris New York. J’aurais placé le passage à Manhattan pour passer à Menoh. Loins du côté « vieille France » de Lenogre Menoh a des rues en quadrillage parfaits et joue sur la hauteur avec des « immeubles » de trois ou quatre étages avec un commerce différent à chaque pallier. Ils n’y a qu’un seul parc mais il est plutôt vaste (et on y a lâché des écureuils qui parfois ressortent par le passage et surgissent sur Leonard street au grand étonnement des américains).

Si tes personnages étaient des dieux grecs, ils seraient qui ?

Matthéo : Je serais Zeus bien sûr !

Elka : On va voir ça, laisse moi potasser pour en oublier aucun.

Matt : Arès (Dieu de la guerre. Je ne pouvais pas lui mettre Alecto (déesse de la vengeance) alors il sera Arès, qu’il ne faut pas énerver)

Gwen : Perséphone (Mariée à Hadès, disons que Perséphone a appris quelques tours de flammes de son homme)

Flo : Aphrodite (Déesse de l’amour ; c’est quand même la seule à avoir une vraie relation amoureuse et, surtout, à l’avoir activement cherché)

Bast : Héphaïstos (Loin d’avoir son physique ingrat, il incarne quand même bien le forgerons des dieux)

An’ : Ilithyies (Déesse de la fécondité et de l’accouchement ; parce que…)

Lili : Hébée (Déesse de la jeunesse et de la joie, parce que Lillian reste la plus innocente, à mi-chemin entre l’adulte et l’enfant)

Anselm : Hermés (Le messager avec ses petites ailes aux pieds)

Luke : Priape (Dieu de la virilité)

Peux-tu nous décrire un emploi du temps typique d’une journée à l’Académie ?

Matthéo : On a un emploi du temps typique ?

Elka : Bah ouais… Sauf quand tu cuisines le matin, là c’est déjà moins typique.

Bref c’est une fac comme une autre. Généralement les étudiants se lèvent en râlant parce qu’ils dormiraient bien cinq heures de plus, un douche et un habillage plus tard ils ferment leur chambre à clef et vont déjeuner dans une des trois cuisines communes de leur étage (qui sont heureusement assez vastes, mais le matin il est pas rares d’en voir boire leur café adossé à l’évier (ou de se lever plus tôt juste pour déjeuner dans leur chambre)). Ils quittent les dortoirs et traversent toutes la cours pour atteindre l’autre bâtiment principal d’où on rejoint les amphi et les salles de classes. Ils ont cours jusqu’à onze heures ou midi (certains veinards ont des matinées libres) puis ils sortent à nouveau pour aller au self. Là il y a une file pour faire la queue et acheter son repas et une autre pour que ceux qui ont fini ressortent (ça peut aider). Les cours reprennent à partir de treize heures et peuvent aller jusqu’à dix-neuf heures. Ensuite retour dortoirs où la plupart préparent leur repas du soir.

Dans une période à la météo plus clémente les étudiants sortent souvent boire un verre à Lenogre (ou à Grenoble pour les plus courageux, parce que y’a un peu de tram quand même) ou manger en ville… Pour occuper les soirées ils peuvent aussi rejoindre l’une des salles télé (qui sont en fait de grands salons mis à disposition de la communauté). Il n’y a pas spécialement d’extinction des feu mais on demande quand même à chacun de respecter les autres et de ne pas faire de bruits inutiles à partir de vingt-et-une heures.

Lunar Eclipse

Gwen ira-t-elle à l’Académie avec les cheveux bleus ?

Florence : J’espère pas, c’était comme le violet, ça lui allait pas du tout !

Matthéo : Tu as réellement eu les cheveux bleus ?

Gwenaëlle : Des mèches en seconde, mais non c’était pas terrible. Je vais garder mes cheveux rouge ou orange ou acajou pour l’Académie !

Anselm : Ça va te flinguer le cuir chevelu…

Depuis quand Anselm a-t-il son percing à l’arcade ?

Anselm : Mes dix-huit ans, un cadeau de majorité.

Florence : Papa a refusé le tatouage.

Anselm : Hmm… Un jour je m’en ferai un.

Bastien : N’es tu pas un adulte indépendant maintenant ?

Anselm : Adulte indépendant peut-être, mais me faire engueuler par mon père, crois moi, c’est pas la joie…

A-t-il d’autres percings ?

Anselm : Et ben non justement… Le premier était déjà dur à négocier, j’ai pas tenté le Diable une nouvelle fois.

Matthéo : Moi qui croyais que tu allais nous annoncer un truc un peu surprenant…

Anselm : J’ai peur de savoir à ce que tu pense et j’exige la question suivante !

Florence a-t-elle songé à se raser la tête ?

Anselm : Je retire ce que j’ai dis…

Florence : Me raser la tête ??

Ania : Ce serait marrant, tu pourrais te faire la même coupe que ton frère.

Gwenaëlle : Elle les a eu très très courts une fois, en cinquième, mais je crois qu’elle ne voudra plus retenter l’expérience.

Florence : Non en effet… C’était pas une période glorieuse de ma vie moralement parlant, et voilà.

Matthéo a-t-il eu des bagues aux dents à son adolescence ?

Matthéo : Je te hais toi qui pose la question !

Gwenaëlle : T’en a eu ?

Bastien : Il avait un appareil. Et de l’acné.

Florence : Et comment tu sais ça ?

Bastien : Si tu savais le nombre de fois que j’ai piqué leur album de famille pour retrouver ces photos là… Crois moi ça te guéri un complexe physique !

Matthéo : Mais maintenant j’ai de BELLES dents, une BELLE peau et je suis BEAU !

Lillian : Mais oui Matt, mais oui.

Est-ce que Bastien s’épile les jambes ? (je vous signale que c’est la mode chez les garçons…^^)

Matthéo : ET VLAN !

Anselm : Moi ce qui m’étonne c’est pourquoi Bastien spécifiquement ?

Bastien : Oui… pourquoi moi ?

Matthéo : Sûrement à cause de tes complexes justement, t’as aucune barbe à raser le matin alors vas y, avoue nous que tu t’es rabattu sur tes poils aux pattes.

Bastien : Bah oui, je pique l’épilateur des filles et j’ai même essayé la cire la semaine dernière. Et puis Florence me met du verni sur les ongles de pied.

Matthéo : JE LE SAVAIS !

Bastien : Matt… je déconnais. Bien sûr que je m’épile pas, mode ou pas.

Qui veut une corde ? Belle corde pour se pendre !

Par défaut

Quand on écrit un chapitre du genre chapitre de dépressif, je conseille vivement de se mettre dans l’ambiance avec une petite playlist étudiée. La playlist que j’utilise pour DAWN est pas très fournie… elle me déprime pourtant à chaque fois ! Bon c’est fait exprès, et au moins j’écris facilement, mais quand je pense aux futurs chapitres… snif.

Je sais pas encore comment je les écrirais, mais les scènes se déroulent assez bien dans mon crâne comme ça x)

Aujourd’hui je sélectionne donc une simple musique, instrumentale, qui vous montre un peu la teneur de toute cette BO. Allez sur youtube et entrez le titre suivant « Godric’s Hollow Graveyard »

C’est de HP7 partie 1

C’est juste une très belle musique.

C’est juste trop triste pour mon tit coeur ç_ç