Archives de Tag: JK Rowling

« Are you afraid of what you’ll hear ? »

Par défaut

Ben oui je l’ai lu, bien sûr que je l’ai lu !

Et on me l’a confirmé mais je crois vraiment que la mise en scène doit dépoter. En tout cas les didascalies mentionnent du lourd et, vu la façon dont ça a été écrit, je pense qu’elles ont été plutôt respectées !

Le pitch officiel est donc :

Être Harry Potter a toujours été difficile et ce n’est pas plus simple maintenant qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, en plus d’être marié et père de trois enfants scolarisés.
Pendant qu’Harry se débat avec son passé, son plus jeune fils, Albus, lutte contre le poids de l’héritage familial qu’il n’a jamais désiré. Alors que le passé et le présent se mêlent, père et fils apprennent la dérangeante vérité : parfois, les ténèbres viennent d’endroits inattendus.

Je garantie mon avis sans spoiler, mais du coup je crains qu’il ne soit court. Globalement et concisement ? J’ai bien aimé ! Je viens pourtant de lister les points négatifs avec quelqu’un mais, rien à faire, le positif triomphe.

C’est grâce aux personnages, définitivement. Harry y apparait tel que je le guettais originellement à  la fin du tome 7 (ah, ce fameux épilogue !) et le duo principal possède une dynamique qui porte tout le récit. Si l’histoire comporte ses rebondissements et ses dangers (ce qui est en fait là où réside les plus gros hic), le thème principal est la famille. (je vous la fait courte, encore une fois, je me refuse à détailler)

Et ce thème ben… je l’ai trouvé très bien traité. Certains dialogues sont très justes, très touchant. Des choses sont dites que j’espérais lire un jour et mon petit cœur a savouré !

Donc voilà… je pense qu’il y a matière à critiquer, vraiment. C’était un pari risqué de faire une pièce de théâtre, ça pousse des personnages à être mis de côté, des choses à être traitées rapidement… Mais on y retrouve tout de même du Harry Potter. J’en demandais guère plus je crois, j’étais contente <3

« Un mensonge n’a de sens que si la vérité est perçue comme dangereuse. »

Par défaut

 

Histoire :

Fraîchement arrivée à Londres avec son fiancé, Robin enchaîne les petites mission d’intérim. Sa dernière en date la mène jusqu’au cabinet du détective Cormoran Strike. Bourru, poilu, imposant… Strike ne traverse pas la meilleure période de sa vie. Le manque d’enquêtes commence à peser sur ses finances… Jusqu’à ce que débarque John Briscow, frère de feue Lula Landry, une top modèle qui se serait suicidée. Pour John, cependant, il s’agit d’un meurtre.

 

Avis :

J’avais été moyen emballée par Une Place à Prendre. C’était très bien écrit, et j’étais admirative qu’un tel texte ne tourne qu’autour d’une toute petite ville… mais je sais pas, la fin m’avait pas trop convaincue. L’appel du coucou est un polar, le premier d’une série manifestement, ce n’était donc logiquement pas la même ambiance ou le même rythme.

Perso, j’ai préféré ! J’ai eu l’impression que Rowling s’éclatait totalement avec les personnages de Cormoran et Robin. Et ce plaisir remonte jusqu’à nous, lecteur. J’ai vraiment aimé Strike qui, sous ses airs de gros ours mal léché, n’est pas méchant. Parfois il fait rire, il faut l’avouer, entre ses descriptions, son caractère et sa manière de remballer les gens quand il en a marre. Mais il serre aussi le cœur, parce qu’on sent le type qui en a bavé, qui en bave encore, et qui se trouve dans une phase de sa vie où il se cherche.

Strike est d’autant plus mis en valeur que Robin est son exact contraire. Il n’est pas très beau, pas très social… Elle est belle, pétillante et vive. Il démarre au fond du trou quand elle démarre au septième ciel. Elle était ce qui pouvait arriver de mieux dans la vie de Strike et leur duo est touchant. Ils se protègent l’un l’autre, s’entraident, et le regard qu’ils portent sur l’autre est tout en sous-entendus.

L’histoire est narrée en changeant régulièrement de point de vue, sans que cela soit plus démarqué que par le changement de paragraphe. J’étais un peu déstabilisée au début, j’ai plutôt l’habitude des changements après un saut de ligne ou un nouveau chapitre, mais on s’y fait vite. Les changements restent fluide, on ne perd jamais le fil conducteur, alors ça passe comme une lettre à la Poste.

Autre point qui suscite mon admiration : ce fil conducteur, justement. Sans négliger le développement des personnages principaux, Rowling se concentre sans écarts sur l’enquête. Chaque chapitre fera avancer l’investigation, ce qui démontre une belle maitrise du genre ! Rien n’est inutile, la galerie de personnages est extrêmement variée (là encore, on sent qu’elle s’est fait plaisir avec chacun d’entre eux) et on ne s’ennuie pas une seconde !

Un très chouette polar, donc <3