Archives de Tag: la passe-miroir

Bye bye lil’ 2015

Par défaut

En ce dernier jour de 2015 je vous propose (Ô joie) mon bilan de l’année ! (ça vaut pas l’épisode 37 de What the Cut mais, hé, on fait ce qu’on peut !)

Ce sera néanmoins un peu particulier parce que j’ai fait… une vidéo. Na mais revenez ! Une vidéo assez longue (du coup, mon bilan, je le remets en dessous en version rapide. Déjà parce que tout le monde rêve pas de se taper 20 minutes de ma personne qui parle de livres, mais aussi parce que je maitrise moyen la technique et que, du coup, certains titres doivent échapper aux oreilles)

Je m’excuse pour tout l’aspect débutant de la chose. J’aurais dû écrire un texte, y passer du temps, travailler les plans…

En fait j’ai filmé ça un peu à l’arraché, dans un créneau horaire qui me garantissait le moins de monde possible autour de moi…

Le montage m’a rappelé mes cours de ciné de 4éme et 3éme aha

Malgré le résultat bancal et mon absence totale de décontraction et de maitrise… ben, j’ai bien aimé faire ça. Je suis pas sûre de le refaire, ou alors ce ne sera pas toute seule, histoire de rendre l’expérience la plus amusante possible !

J’espère que ça vous plaira tout de même. Passez un excellent réveillon et on se retrouvera en 2016 à la croisée d’un nouveau chemin ! (c’est beau, ça veut rien dire mais c’est beau)

 

  • Coup de cœur :

La Passe-Miroir, Christelle Dabos

U4 et Réseau(x), Vincent Villeminot

Calpurnia, Jaqueline Kelly

L’éducation de Stony Mayhall, Daryl Gregory

Papa et maman sont dans un bateau et 3000 façons de dire je t’aime, Marie-Aude Murail

L’appel du coucou, Robert Galbraith

Afterworlds, Scott Westerfeld

Les Maudits, Edith Kabuya

Love letters to the dead, Eva Delleira

  • Auto-édition :

Les livres de Svetlana Kirilina sont disponibles >>>ici<<<

La trilogie des oghams, de Louknaille, est dispo >>><<<

  • Non, merci…

Endgame, James Frey

Lorelei en Finistère, Emmanuelle Caron

Half bad, Sally Green

Publicités

« Ophélie se plongea corps et âme dans le miroir. « 

Par défaut

Ce post est garanti sans spoilers !

 

Quand je me sens mal, j’ai généralement le besoin irrépressible de deux choses : m’accrocher à mes proches (genre littéralement, genre poignée de mains, présence ou mode glu pour les plus proches) et prendre le large. Métaphoriquement parlant.

Après ce weekend il me semble donc important de vous encourager à tromper l’obscurité en regardant Salut les geeks ou Reboot (de Davy) ou la chaîne youtube de Frenchball ou Cyprien, Norman, Antoine Daniel, le Joueur du Grenier… Bref des gens drôles qui font des trucs drôles mais pas que.

Mais il me semble aussi essentiel que ce post présent un Livre (avec un L majuscule, oui). Un Livre qui permette de s’évader, mais pas que, un Livre qui permette de sourire, mais pas que, un Livre qui fasse vibrer, mais pas que. Bref, une lecture entière, une bonne lecture. Qui fait du bien parce qu’on en a besoin, mais reste d’une qualité certaine.

Ces livres qui vous inquiètent et vous font verser une larme… Mais qui vous font DU BIEN.

Je fais toujours mes posts dans l’ordre chronologique de mes lectures. J’aurais pu tricher pour présenter le Livre (car toutes mes lectures, même appréciées, ne rentrent pas dans la case décrite ci-dessus) mais il se trouve qu’en fait, il est parfait.

Car il s’agit de la suite de la Passe-Miroir, les Disparus du Clairdelune, écrit par Christelle Dabos.

Ais-je besoin de développer ? Tout ce que j’ai dit plus haut me semble coller à ce récit. Plus mystérieux, sombre en prenant que le premier (était-ce possible ??), la Passe-Miroir sent bon une œuvre de Miyazaki, avec sa galerie de personnages digne de celle d’Harry Potter tout en sortant du lot.

Une œuvre entière, disais-je, qu’il est difficile de lâcher une fois commencée.

Il n’empêche que… faut la commencer !