Archives de Tag: lycanthropes

Récapitulatif des lectures 2014

Par défaut

Bon, 2015 est déjà entamé mais je compte quand même récapituler un peu mes lectures de 2014 avant de faire ma première critique de l’année :)

En 2014 j’ai lu 39 livres. Dans ces 39 livres j’ai relu les 5 premiers Harry Potter <3 on ne s’en lasse pas.

 

« Les auteurs de la Plume d’argent sont formidables »

Après « La Passe-Miroir » édité chez Gallimard, les auteurs de PA continuent de faire éclore leurs récits en livres reliés. J’ai pris tout autant de plaisir à lire le sombre et touchant « Quatorze minutes » que le très drôle « Quand la Mousse Pousse » de Svetlana Kirilina. De son côté, Sophie Renaudin s’est lancée avec son épique « Dragon blanc » que je recommande tout aussi chaudement.

Ces trois livres se trouvent sur Internet :

Le Dragon blanc

La mousse Pousse (et sûrement un lien pour Quatorze Minutes et le Désert)

 

« J’ai fini ces sagas. Snif. »

Avec Alegiant, Veronica Roth a bouclé sa trilogie de Divergent. Une trilogie qui m’aura vraiment beaucoup plut. Des personnages qui vous manque une fois le livre refermé, une société fractionnée très intéressante et une progression sur 3 tomes qui m’a charmé. Cette trilogie offre comme un zoom arrière… mais je n’en dirais pas plus. Le plus simple serait de découvrir Tris et Four par vous-même (gardez-vous éventuellement le film en bonus. Parce qu’il n’est quand même pas génial (c’est très dommage d’ailleurs, j’espère que le 2 remontera le niveau))

En France, nous avons aussi eu « La lumière » de Michael Grant. Le dernier tome de la saga Gone. Mais si, cette histoire où, sans raison apparente, les adultes disparaissent du jour au lendemain dans la petite ville de Perdido Beach. Coincés sous un champs de force qui les empêche de sortir ou de seulement voir l’extérieur, les enfants doivent apprendre à vivre (survivre) par leurs propres moyens. Ce qui est sûr, c’est que cette version ado du Dôme de Stephen King m’a plus qu’emballé ! L’histoire était étonnamment mature, les personnages supers, l’action omniprésente. Cette conclusion m’aura un peu laissé sur ma faim, j’ai regretté l’épilogue qui m’a semblé presque bâclé après une telle histoire. Mais ça n’enlève rien au potentiel des 6 tomes que je conseille et re-conseille <3

Bon, là c’est moi qui ait lu ça longtemps après la fin, mais j’ai aussi terminé La tour Sombre de Stephen King. Je ne vais pas m’étaler mais c’était vraiment une super histoire ! On peut pas s’empêche d’être embarqué sur les traces de Roland le Pistolero et wouah, ce qu’on peut dire c’est que même s’il superpose des couches et des couches d’évènements, Stephen King sait mener sa barque ! Impressionnant.

Le dernier tome de BRZK, de Michael Grant (encore !) est sorti aussi en France cette année. Là, à l’inverse de Gone, c’est une conclusion qui m’a paru très bien ! Cette trilogie était vraiment géniale. Un souffle de nouveauté, la touche sombre de cet auteur qui ne profite pas de la case « littérature jeunes adultes » pour se perdre en romance mièvre ou pour cacher la sauvagerie de ces textes. Un roman au cœur de la viande qui surprend très agréablement.

Et enfin, the last but not least : The blood of Olympus, de Rick Riordan, qui conclut les aventures de Percy Jackson. Il y a de quoi être partagé sur ce dernier opus, notamment sa fin, mais le chemin qui y mène reste tout aussi rythmé, énergique et drôle que les précédents. Les personnages restent la grande force de cette saga, et on appréciera d’entrer dans la tête de deux nouveaux <3

Bouh, mais c’était vraiment l’année des fins ! Heureusement :

« J’ai aussi attaqué des sagas très prometteuses »

Hantée, tout d’abord, la trilogie de Maureen Johnson qui allie quotidien et fantastique, meurtres et études, sourires et gros trou dans la poitrine. Un vrai bon gros coup de cœur <3

The Monstrumologist de Rick Yancey (l’auteur de la très chouette « 5éme vague« ) m’a aussi grandement accroché. Je guette une édition française (dont j’avais entendue parler dans l’année) mais je risque tout de même de craquer et de poursuivre en anglais. C’était tout de même un peu la limite de mon niveau, mais je suis restée scotchée, j’en suis venue à bout et je le regrette pas du tout <3

Les remplaçants, de Gaia Guasti, est un roman fantastique français, mais qui n’est pas à ignorer. Le premier tome était franchement sympa et la relation entre les héros assez touchante pour que je me soit déjà procuré le tome 2.

« Mais non, je lis pas QUE du fantastique ou du roman « jeunes adultes » ! »

J’ai adoré Rich boy de Sharon Pomeratz, sur l’évolution sociale d’un gamin parti de rien. Il traverse les études, les amours, les boulots et les aléas de sa famille sans jamais nous ennuyer. Un excellent roman.

Du domaine des murmures de Carole Martinez est l’histoire d’une jeune fille qui préfère s’emmurer vivante pour se marier avec Dieu plutôt que d’accepter l’homme que son père a choisi pour elle. Le tout est porté par une plume légère et lyrique, rendant la lecture de cette douloureuse fable un peu plus douce <3

« J’ai découvert John Green »

Et j’ai beaucoup aimé John Green. Qu’il s’agisse de Qui es-tu Alaska ? ou de Nos étoiles contraires, ça vaut quand même le coup d’y plonger un œil, puis les deux. Je pense me fournir le reste de ses récits :)

« Beaucoup de super lectures, donc, mais pas que…….. »

Dois-je m’attarder sur The scorch Trial, le tome 2 du labyrinthe de James Dashner ? Là où le premier tome possédaient de bonnes idées et disposait d’un environnement mystérieux, le tome 2 n’est qu’une succession d’idées sans suite logique. On te lance des pistes qu’on exploite pas, on te fait croire à une maladie qu’on ne voit pas. Hmm… le tome 2 m’attend depuis un certain temps sur ma bibliothèque, étrangement, je passe mon temps à repousser l’instant…

Je ne lirai pas la suite de Pulse, de Patrick Carman. Les actions illogiques des personnages, les trips de boîtes à savon dans les couloirs du lycée, le barbecue au sommet d’un toit et le baiser magique de la fin ont eu raison de moi. Quitte à choisir, je crois que je préfèrerais lire la suite de Frissons (…) qui avait le mérite de se lire vite.

Et puis j’ai lu les Ailes d’émeraudes, d’Alexianne de Lys. Qu’il ne faut pas acheter sauf si vous avez de l’argent à perdre (et encore). Valà.

 

Une année très éclectique en fait ! Je n’ai pas résumé ici tout ce que j’ai lu, la liste complète se trouve dans la rubrique « lectures 2014 » :) Mais ceux-là m’ont marqué, et je tenais donc à les citer une nouvelle fois.

Et vous, un ou plusieurs livres marquant cette année ?

 

Publicités

Des lycans se planquent en France

Par défaut

JOYEUX NOEL !

Bon OK… un peu à la bourre. Mais j’étais légèrement occupée durant ces fêtes et même si je me répétais que j’avais deux articles en retard, j’ai pas trouvé le temps/énergie pour les faire.

Avant ce soir, comme vous le devinez.

Et puis, l’année se terminant, il va aussi falloir que je fasse mon post récapitulatif de fin d’année : que de choses pour m’occuper sur ce blog d’ici les prochains jours. Vais-je tenir la régularité ? Mystère, suspens, tadadam.

Hmm oui, je vais me taire et passer à l’essentiel :

Histoire :

Depuis qu’ils ont été attaqués par des chiens sauvages, Mila, Tristan et Ludovic ne sont plus les mêmes. Une étrange force les transforme. Mais que se passe-t-il dans leurs corps ? Ils n’osent prononcer les mots qu’ils ont tous en tête. Qui croirait à leur histoire de loup-garou ?

Avis :

Oui oui, encore un livre de loups-garous en peu de temps ! Si le premier faisait plutôt adulte, celui-là se range plus facilement dans la catégorie « livre jeunesse ». J’avoue que j’appréhendais un peu l’effet « local ». C’est bête, mais j’ai déjà lu des livres jeunesses se passant dans des patelins français et y’avait un effet très fabriqué, très simple.

Là, non.

Ça se lit très vite, on ne se perd pas en descriptions (un truc que je remarque avec pas mal de livres jeunesses (pas tous, heureusement, mais quand même) : les descriptions sont vite expédiées et parfois moches. Comme si c’était pas nécessaire). Là les descriptions sont assez brèves, mais plutôt jolies. L’auteur a réussit à peindre de belles ambiances (tant visuelles qu’olfactives) sans en faire des tonnes. Je suis plutôt admirative, moi qui en fait toujours des paragraphes et des paragraphes en croisant les doigts pour retranscrire ce que j’ai en tête.

Le tout début du livre m’a immédiatement accroché. Il s’ouvre sur Mila qui repense à ses deux amis d’enfance et… et je ne sais pas si l’auteur a vécu ça, mais ces premières pages m’ont de suite parlées. La formulation et la situation étaient touchantes et ça fait forcément écho chez le lecteur. Un démarrage doux qui résonne, ça donne forcément envie de poursuivre !

Et la suite m’a accrochée. Ce trio d’amis fonctionne et nous entraîne sur leurs pas. Je regrette quelques facilités (du côté de Ludovic) mais d’autres choses m’ont agréablement surprises. Le dialogue de fin (difficile d’être plus précise sans spoiler) était plutôt intelligent et marcherait super bien s’il n’y avait pas… les changements de points de vues intempestifs.

J’aime les histoires en multiples points de vues, hein ? Je le fais moi-même et je trouve que c’est tout aussi bien qu’un livre en mono point de vue (ça se dit ça ?…).

Sauf que là, le livre en abuse, ce qui tue des révélations surgissant plus tard. Surtout que je n’en vois souvent pas l’intérêt… pourquoi passer, le temps d’un paragraphe, dans la tête d’une vieille du coin ? Pourquoi ? Où est le but et l’intérêt ? Il y a particulièrement un point de vue qui arrive vers le début et qui, je trouve, démolit un peu la bonne idée de la fin ><

Néanmoins, je vais m’acheter le tome 2 dès 2015 parce que, hé, je veux savoir la suite et où tout ça va nous mener ! Le livre est prévu en trilogie et, pour l’instant, je la conseille :)

« Les monstres disparaissent lorsque l’imagination collective cesse d’en avoir besoin. »

Par défaut

 

Histoire :

Jacob Marlowe, loup-garou blasé et las de son existence, vient d’apprendre la nouvelle : il est le dernier. La Chasse, une organisation qui traque les lycanthropes, se tourne maintenant vers lui. Il prend la chose presque avec soulagement : une dernière pleine lune, un ultime combat et il pourra partir sans regrets.

Du moins, c’était ce qu’il avait prévu.

 

Avis :

Je n’ai presque rien lu sur les lycanthropes. Quelques anciennes nouvelles (qui, parfois, remontent tellement aux origines du mythe qu’il n’est même pas forcément question de loup), un traité de la lycanthropie (pas si ennuyeux que son titre l’indique mais uniquement explicatif), Twilight (où les lycans sont une bande de d’jeuns à poil qui s’attache le slip à la jambe avant de se transformer (le recul, sur certains livres, ça fait mal)) et Frisson (… UN chapitre à préparer une QUICHE !).

Autant dire que mes références vont pas très loin. Du coup, je ne savais pas trop à quoi m’attendre et… et j’ai passé un très bon moment de lecture.

Jacob porte le récit avec cynisme. Son ton blasé et sa vision du monde sont souvent drôles, ce qui rend ce début de roman nettement moins noir et déprimant qu’il aurait pu l’être. Tout n’est pourtant pas du second degré, Jacob est le genre de personnage qui a tellement souffert qu’il a dû apprendre à vivre avec et à se blinder. Il raconte donc son histoire avec une amertume et une souffrance perceptibles, sans pour autant la faire totalement plonger dans le pathos.

Le naturel avec lequel il s’exprime (allié à la très agréable écriture de Glenn Duncan) rend le récit fluide et prenant.

Pour ce qui est de la lycanthropie, elle est traitée avec une certaine originalité (qu’on aime ou pas, d’ailleurs. Perso ça ne m’a pas tant dérangé, même si j’ai une tendance à voir cette malédiction totalement à l’opposée de l’auteur (vous avez rien compris… j’ai peur que ce soit normal)). Bon, on se tape malheureusement tous les détails possibles sur la, hmm, vigueur de son désir chaque fois qu’il voit une femme :p Au début c’est assez marrant, parce que c’est tourné comme ça, mais au bout d’un moment on sent que l’auteur s’est un peu coincé tout seul, et qu’il est obligé de passer par ce genre d’info.

Je suis aussi un peu triste que tout un pan de son monde n’ait pas été plus creusé, c’est dommage, parce que ça avait du potentiel.

Il n’empêche que la lecture était très sympa ! Enfin un roman actuel qui montre autre chose que des lycans chauves (car sinon trop poilus) ou des lycans qui se soignent en choppant la méningite :)