Archives de Tag: PKJ

« Sans vous les loups les auraient tous dévorés, et nous les veuves on se serait trouvées de vrais maris ! »

Par défaut

(En-tête tiré de Princesse Mononoké. Toki l’inébranlable <3)

Je réponds aujourd’hui à un petit questionnaire trouvé sur La Voix du livre de Tom (je regarde trop peu les blogs de lectures ou les booktube… Mais c’est difficile de passer à côté de Tom dans ce milieu).

Si j’ai bien compris, le questionnaire a été lancé par les éditions PKJ pour le 8 mars (journée des droits de la femme, remember) et nommé 100% féminin ; Tom l’a renommé 100% féministe.

Je vais me le garder sous le coude pour faire la version masculine un jour, peut-être :)

1) Quelle est votre auteure préférée ?

J.K. Rowling. Hier, aujourd’hui, demain et dans ma vie d’après ! Harry Potter a juste une place trop grande dans ma vie d’aujourd’hui pour que je ne pense pas à elle avec cette question !

2) Quelle est votre héroïne de roman préférée ?

Eh beh c’est déjà chaud de répondre, dites-moi… Après un coup d’œil inspirateur à ma bibliothèque (c’est quand même diffici

le de rappeler à sa mémoire tout ce qu’on a pu lire pour trier tout ça) je vais répondre Deryn Sharp de Leviathan (par Scott Westerfeld)

Qu’onse le dise, j’en ai pas mal des héroïnes que j’aime ! (je considère Hermione comme une héroïne, vu l’importance du trio) et j’ai hésité à mettre Ophélie de la Passe-Miroir (Christelle Dabos).

Mais Deryn avait ce petit quelque chose qui m’a donné envie d’être comme elle.

Courageuse, sarcastique, têtue.

3) Citer un roman qui propose un message féministe.

Au secours, dans quoi je me suis fourrée ? Je vais choisir Hunger Games.

Et là vous allez me dire « mais pourquoi ? A quel moment Katniss défend-elle le droit des femmes et l’égalité ? ». Eh bien, dit ainsi jamais, mais est-ce que quelqu’un traite Katniss différemment parce que c’est une fille ? Est-ce qu’on la considère moins forte que Peeta ou leur duo est-il au contraire basé sur l’équilibre de leurs qualités et défauts ?

Je cite Hunger Games parce qu’il fait parti de ces romans où on aurait pu inverser la fille et le garçon sans problèmes. Filles et garçons sont traités pareil pour les Hunger Games : costumes et maquillage, ils y passent tous.

Le Capitole avait au moins ça pour lui. May the odds be ever in your favor.

4) Citer un roman avec une fille/femme sur la couverture.

Ah, j’ai grillé ma cartouche Leviathan. Alors, Love letters to the Dead de Ava Dellaira. C’est beau, c’est triste ; moi j’dis ça, j’dis rien.

5) Citer un roman qui met en scène un groupe de filles/femmes.

Très franchement, un « groupe » je vois pas. Donc je vais déformer en « beaucoup de personnages féminins très bons » et là je vous oriente tout droit vers la Passe-Miroir ! Rien que la famille d’Ophélie (que dis-je, tout Anima) répond à une société matriarcale. Et il est impossible d’ignorer Bérénice au cou de cygne ou Gaëlle la mécano, ou la vieille Hildegarde, ou les sœurs d’Archibald ou…

Non mais lisez, ça ira plus vite <3

6) Citer un roman qui met en scène un personnage féminin LGBT+.

Moi qui me disais « arg pour un homme c’était facile mais les lesbiennes sont généralement absente des romans ! » j’ai eu l’illumination.

Afterworlds, de Scott Westerfeld. Un roman qui parle d’écriture et d’indépendance avec, en prime, une histoire dans l’histoire. Un petit coup de cœur (pas du tout objectif parce que j’aime énormément les histoires et personnages tricotées par Scott Westerfeld)

7) Citer un roman qui propose plusieurs points de vue féminins.

BZRK et Gone de Michael Grant (oui bon, chipotez pas, c’est le même auteur). De la SF bien noire pour le premier, où des jeunes s’implantent à moitié dans des nano-insectes pour pénétrer dans les gens. Du fantastique assez sombre aussi pour le second, où des ados se retrouvent tout d’un coup enfermés sous un dôme qui englobe leur ville… sans adultes.

Jolie équité des héros masculins et féminins dans les deux cas !

8) Citer un livre dans lequel une fille sauve le monde.

La 5éme Vague de Rick Yancey. Un bouquin avec des défauts mais une belle ambition, et une héroïne au caractère infect qui fait plutôt du bien et change des critères habituels.

9) Quel personnage secondaire féminin préférez-vous au héros de son roman?

Là, à partir des mes lectures, je ne peux pas dire. Soit j’aime tout autant le héros et une fille secondaire, soit les rôles sont équitablement partagés. C’est plus généralement une héroïne qui va me gonfler et à laquelle je vais préféré un personnage secondaire ; mais ces livres me marquent pas, généralement.

10) Citer un livre écrit par un homme qui met en scène un personnage principal féminin.

Bon je vais pas redire Afterworlds alors Silo, de Hugh Howey (là encore, la narration est partagée, mais Juliette a un rôle essentiel.)

Oh mais y’a aussi A la Croisée des Mondes de Philipp Pullman !

**

C’était bien sympathique comme questionnaire et, qu’on se le dise, évolutif. Il y a tellement de livres qui n’ont pas dû me venir en tête !

Publicités

« Je parie qu’on trouve tous les mystères de l’univers dans la main de quelqu’un. « 

Par défaut

Histoire :

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais…

C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

 

Avis :

Oh mon Dieu, ça m’a fait tellement plaisir de découvrir ce livre ! Je ne sais même pas comment résumer ce qui m’a plu… parce que c’est dur de mettre les mots sur l’immense tendresse que cette lecture m’a inspiré.

La justesse de ces deux personnages qui discutent de pleins de choses (de tellement de choses : eux, le temps, les livres, leurs parents, l’école…) était touchante. L’auteur a su faire un roman de ces conversations parfois profondes, parfois anodines et parfois silencieuses que l’on a avec ses proches. Il a su se mettre dans la tête d’un ado de 15 ans taiseux, qui aime ses parents et les couvre de reproches.

Il a su parler de la vie, en fait. De ses bouleversements et de ses riens.

J’éprouve un amour immense pour ce livre et ses protagonistes. Il fait parti de ceux qui m’auront marqué et je ne m’y attendais vraiment pas.

Donc, pour faire court : lisez ce livre ! (et je vous dit ça avec tout l’amour du monde)

 

« Mais j’ai mieux à te raconter : le soir, je suis allé dans le désert. Je me suis allongé à l’arrière de mon pick-up et j’ai regardé les étoiles en écoutant la radio. Il n’y avait aucune pollution lumineuse. Dante, c’était vraiment magnifique.«