Archives de Tag: Scott Westerfeld

« Chaque fois qu’elle se mettait à composer une histoire, Darcy sentait un univers alternatif prendre forme. »

Par défaut

Histoire :

Darcy est une chanceuse. Elle tente le Nanowrimo sur un coup de tête (but : écrire un roman entier en un mois), envoie Afterworlds à une maison d’édition qui… accepte de la publier ! Bien décidée à devenir une véritable auteur, Darcy repousse l’Université pour s’installer à New York où, imprégnée par l’ambiance, elle compte mener ses corrections à bien.

Lizzie, son héroïne, n’a pas la même chance. Seule survivante d’un attentat terroriste, elle peut désormais passer dans l’envers du décors, où les morts attendent d’être guidés. Là, elle rencontre Yamaraj, un être comme elle, qui a sacrifié le monde réel pour protéger les spectres de l’oubli.

 

Avis :

Un nouveau livre de Scott Westerfeld, pour moi, c’est des picotements d’impatience dans la tête. Difficile d’expliquer pourquoi (certainement un mélange de personnages/thèmes/histoires/ plume) mais c’est l’un de mes auteurs jeunes adultes préféré :) Je vais donc essayer d’être objective, mais vous voilà prévenu !

Je ne sais pas si c’est parce que je m’essaye à l’écriture aussi, mais je me suis beaucoup retrouvée dans le personnage de Darcy. A travers ses préoccupations, particulièrement. Elle est jeune, elle s’installe, et ça m’a rappelé mon propre départ de chez-moi (quand tu ne penses absolument que si, il te faudra un jour acheter un balai, des éponges et du produit à chiotte). J’ai beaucoup aimé ressentir la jeunesse de Darcy par rapport à ses nouveaux amis (elle débarque à NY à 18 ans, et ce n’est pas forcément simple de le faire ressentir). Son petit côté hésitant la rend plus attachante qu’agaçante, parce que je crois que ses questions trouvent écho chez pas mal de monde.

Mais Afterworlds, côté Darcy, c’est aussi pleins de discussions sur l’écriture et les livres. Ce qu’on peut s’approprier, la réécriture, l’angoisse de la page blanche, les discussions autour des personnages qui, pour leur auteur et les proches, sont assez réels pour lancer des débats à leur sujet… Tant de conversations que j’ai moi-même avec mes amis, ça n’a rendu le roman que plus immersif <3

C’était aussi très sympa de voir que, certes, Darcy est le genre « je peux écrire très vite bille en tête » quand Imogen sera plus réfléchie, multipliera les inspirations diverses pour s’aider. Tout comme il était très intéressant d’avoir toute la création du livre, tout le travail qu’il reste après que l’éditeur te dise « okay ça marche ! ». On pouvait quand même sentir une petite différence entre la France et les États-Unis je trouve, une façon de parler de la Littérature qu’on aurait peut-être pas (encore) chez nous, ou la mention de cours d’écriture qui sont pas légion au pays du fromage.

Mais là, je ne vous ai raconté que la moitié du roman, parce qu’un chapitre sur deux est consacré au roman de Darcy : Afterworlds, tome 1. On lit la version finale du roman, et c’est super d’avoir le travail de réflexion de Darcy en amont (vous l’avez remarqué, hein ? Que je trouve pleins de trucs « super »…). L’histoire en soi est plutôt sympa, Mr. Westerfeld a pu écrire une romance paranormale sans que son roman ne soit que ça (chouette mise en abime, donc, de lire le roman de Scott Westerfeld, à propos de Darcy qui corrige et réécrit son histoire sur Lizzie).

C’était marrant, d’ailleurs, de se surprendre à avoir un regard plus critique sur l’histoire de Lizzie. Comme si on était aussi un peu Darcy jugeant le produit final et trouvant encore à chipoter. Je ne cours pas après les romances paranormales, mais celle-ci recèle de bonnes idées, et l’histoire d’amour n’est pas envahissante (ou peut-être est-ce d’avoir les discussions de Darcy et Imogen à ce sujet qui creuse en parallèle les personnages (c’est gagnant-gagnant quoi)).

Un très bon roman sur les rêves et le passage à l’âge adulte, qui parlera à tous ceux qui s’essayent à l’écriture, à ceux qui se souviennent de leur prise d’indépendance, à ceux qui s’intéressent à la romance paranormale, aux fantômes, au quotidien, à la romance pas-paranormale et au monde du livre.

Publicités

Le cœur qui frétille

Par défaut

Aujourd’hui je suis passée à Cultura (boring !) et je suis tombée successivement là-dessus :

Dans la catégorie « oh mon dieu c’est déjà sorti ?? Mais je ne savais pas ! »…
Du coup j’avais gardé deux titres de bouquins SF/Fantastique « adultes », le tome 2 de Réseau(x), maintenant ces deux-là…

Dois-je ajouter qu’il y a pas mal de titres récents que je testerais bien pour le succès qu’ils ont et que du coup ça me rend curieuse ? Si vous avez des plans pour recevoir des livres d’éditeurs en échange de critiques, je prends, hein…

Le budget jeu vidéo va se transformer en budget bouquin (et le temps, je l’achète où ? Hein ? HEIN ? Bref.)

C’est tout.